Axfood AB : Au contact de seuils importants

Synthèse

● La société dispose de fondamentaux solides. Plus de 70% des entreprises présentent un mix de croissance, rentabilité, endettement et visibilité plus faible.

● D’une manière générale et dans une optique à court terme, la société présente une situation fondamentale intéressante.

Points forts

● Les prévisions des analystes concernant l’évolution de l’activité sont relativement proches. Ceci est la conséquence soit d’une bonne visibilité liée à l’activité du groupe, soit d’une bonne communication de la société avec les analystes.

● Le titre est valorisé sur 2017 à 0.65 fois son chiffre d’affaires, soit des niveaux de valorisation très intéressants comparativement aux autres sociétés de la cote.

● La société fait partie des valeurs de rendement avec un dividende attendu relativement important.

Points faibles

● Les cours approchent d’une forte résistance long terme en données hebdomadaires, située vers 145.4 SEK.

● Le titre se trouve actuellement au contact d’une résistance moyen terme située vers 144.4 SEK, dont il faudra s’affranchir pour disposer d’un nouveau potentiel de progression.

● Avec une croissance attendue relativement faible, le groupe ne fait pas partie des dossiers qui disposent des plus forts potentiels de progression de leur chiffre d’affaires.

● La configuration technique de long terme demeure dégradée sous le niveau de résistance en données hebdomadaires des 145.4 SEK.

© Zonebourse.com 2017
http://www.zonebourse.com/AXFOOD-AB-21808940/analyses-bourse/Au-contact-de-seuils-importants-24444900/

Imerys : Timing opportun pour revenir à l’achat

Synthèse

● La société dispose de fondamentaux solides. Plus de 70% des entreprises présentent un mix de croissance, rentabilité, endettement et visibilité plus faible.

● La société présente une situation fondamentale intéressante dans une optique d’investissement à court terme.

Points forts

● La société dégage des marges élevées et apparaît très fortement rentable.

● Les prévisions des analystes concernant l’évolution de l’activité sont relativement proches. Ceci est la conséquence soit d’une bonne visibilité liée à l’activité du groupe, soit d’une bonne communication de la société avec les analystes.

● Au cours des 4 derniers mois, les analystes ont revu de manière significative leurs estimations du chiffre d’affaires de la société.

● Sur l’année écoulée, les analystes ont régulièrement revu à la hausse leurs estimations de chiffre d’affaires de la société.

● Le titre suit une tendance de fond positive sur le long terme au-dessus du niveau support des 67.29 EUR.

Points faibles

● L’action évolue à proximité d’une résistance long terme en données hebdomadaires, située vers 79.79 EUR. En-dessous de ce niveau, le potentiel pourrait s’avérer limité.

● Historiquement, le groupe a souvent publié en-dessous des attentes du consensus.

© Zonebourse.com 2017
http://www.zonebourse.com/IMERYS-4660/analyses-bourse/Timing-opportun-pour-revenir-a-l-achat-24444860/

Euro / US Dollar (EUR/USD) : Donald Trump dans la tourmente

Tandis que la crise politique aux Etats-Unis pénalise le billet vert, le vent souffle dans le dos de la monnaie unique qui profite d’une macroéconomie favorable et du nouvel élan européen incarné par Emmanuel Macron.

Moins de quatre mois après son investiture, les spéculations autour d’une potentielle destitution de Donald Trump vont bon train. Déjà accusé d’avoir divulgué des informations hautement confidentielles au chef de la diplomatie russe, le président américain concentre en effet les soupçons de la presse nationale quant au limogeage du patron du FBI James Comey, qui enquêtait sur les contacts russes de Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale du 20 janvier au 13 février dernier.

La forte contestation du magnat de l’immobilier gagne ainsi du terrain au sein de son propre camp et les marchés s’inquiètent logiquement de la capacité de la Maison-Blanche à appliquer les réformes de relance budgétaire promises pendant la campagne.

De telles incertitudes, combinées à la publication de statistiques décevantes sur la hausse des prix à la consommation et les ventes aux détails au mois d’avril, pourraient donc finalement pousser la Réserve Fédérale à l’attentisme à l’occasion de sa prochaine réunion. Selon les données du CME, la probabilité d’une hausse de taux de la FED en juin chute à 69% alors qu’elle dépassait 85% une semaine plus tôt.

A l’opposé, un vent d‘optimisme parcourt le Vieux-Continent alors que l’élection du nouveau président français ravive l’espérance d’une nouvelle Europe.

Côté macro, l’Allemagne confirme sa bonne dynamique, enregistrant une croissance de +0.6% sur les trois premiers mois de l’année, soutenue à la fois par sa demande intérieure et ses exportations. L’économie des Dix-Neuf présente d’ailleurs un important excédent commercial au mois de mars, constituant un argument supplémentaire à une normalisation prochaine de la politique monétaire de la BCE.

Graphiquement, l’Euro accélère au-delà de 1.1145 USD, notre précédente résistance, dans des niveaux inédits depuis l’élection de Donald Trump début novembre. Ce brusque changement de rythme propulse les cours au-delà de notre droite de tendance haussière et pourrait provoquer de nouvelles prises de bénéfices. Un retracement vers 1.10 représenterait néanmoins l’opportunité de renforcer ses positions dans l’attente d’une reprise en direction de 1.1250 USD.
© Zonebourse.com 2017
http://www.zonebourse.com/EURO-US-DOLLAR-EUR-USD-4591/analyses-bourse/Donald-Trump-dans-la-tourmente-24444086/

CAC 40 : La pression vendeuse subsite

Une fois n’est pas coutume, les places financières ont clôturé en forte baisse hier, plombées par les polémiques touchant le président américain, celles-ci étant de nature à freiner ses promesses électorales.
L’indice CAC40 a terminé en repli de 1.63% à 5317 points alors que les valeurs financières figuraient parmi les plus fortes baisses.

Même son de cloche pour les indices américains qui ont subi leur plus forte baisse depuis septembre 2016, à l’image du VIX qui a bondi de plus de 46%, témoignant ainsi d’un net retour de l’aversion au risque. Le DOW JONES a clôturé en repli de 1.78% à 20606 points, le S&P500 a perdu 1.82% à 2357 points et le NASDAQ COMPOSITE décroche de 2.57%.

Aujourd’hui, le marché parisien devrait poursuivre son mouvement de correction dans les premiers échanges, comme le laissent envisager les contrat futures en baisse de 0.4%.

En données horaires, la configuration apparaît dégradée. Un biais baissier reste désormais privilégié sous les 5360 points. La rupture des 5300 points ces toutes prochaines heures militerait pour une poursuite du mouvement en cours en direction des 5260 points voire 5226 points par extension.
© Zonebourse.com 2017
http://www.zonebourse.com/CAC-40-4941/analyses-bourse/La-pression-vendeuse-subsite-24441157/

London Sugar : Les acheteurs reviennent en douceur

Le sucre, que l’on désigne aussi sous le nom de saccharose, est issu de deux sources : la canne à sucre et la betterave sucrière. Environ 75% du sucre produit provient de la transformation de cannes à sucre. On doit distinguer le sucre brut, du sucre raffiné (blanc) qui sont échangés de façon distincte. Les deux plus grandes bourses pour les contrats à terme sont New York (pour le sucre brut) et Londres (pour le sucre blanc).

La demande globale de sucre n’a cessé de progresser dans le temps, en grande partie liée à l’occidentalisation de la consommation mondiale. Celle-ci devrait s’établir à 180 millions de tonnes en 2017, en augmentation de 12,5% par rapport à 2010, les principaux bassins de consommation se trouvant en Inde, en Europe puis en Chine. L’évolution de la demande est si soutenue que l’offre ne parvient pas à suivre. Ainsi, la production mondiale, qui est concentrée dans une grande mesure au Brésil (premier exportateur mondial), en Inde et en Europe, est estimée à 176 millions de tonnes, créant, de facto, un déséquilibre sur le marché du sucre.

Ce dernier se traduit par une structure à terme des prix en backwardation. Le prix physique (ou spot) du sucre est ainsi supérieur aux prix à terme, fixés à des échéances plus lointaines. En d’autres mots, le marché du sucre étant en déficit, les acheteurs offrent une prime pour pouvoir disposer de la marchandise le plus rapidement possible. Le marché pénalise donc les opérations de stockage, qui tendent à diminuer, les opérateurs ayant une préférence pour le présent.

Toutefois, l’évolution récente du cours du sucre ne reflète pas cette idée de pénurie. Après une année 2016 de bonne facture, le prix du sucre blanc évolue désormais sur son plus bas annuel, à proximité des 450 USD la tonne, en baisse de 15% depuis le début de l’année. C’est la conséquence logique d’une bonne récolte brésilienne, qui s’établit à un niveau élevé de 35,4 millions de tonnes.

Cette tendance n’est cependant pas durable. La Compagnie Nationale d’Approvisionnement, dont la mission est de comptabiliser la production brésilienne de cannes à sucre, anticipe une baisse des récoltes 2017/2018 de 1,5%. A cela s’ajoutent des problèmes de récoltes internes en Inde et en Europe. Ces deux régions du monde connaissent des difficultés de production, en raison de conditions météorologiques défavorables, et devraient être contraintes d’augmenter leurs importations de sucre pour satisfaire une demande croissante. Ces éléments militent ainsi en faveur d’une stabilisation des cours, voire d’une augmentation de la backwardation.

Il conviendra de surveiller l’évolution du real brésilien, et plus particulièrement la paire USD/BRL. Effectivement, une dépréciation du real face au dollar permettrait de soutenir les exportations brésiliennes de sucre. En outre, il ne faudra pas négliger la législation entourant le bioéthanol, la canne à sucre servant de base à sa production. Une augmentation du prix de l’éthanol, via une augmentation des taxes par exemple, inciterait les producteurs de cannes à sucre à céder leurs récoltes aux raffineurs plutôt qu’à l’industrie sucrière.

Graphiquement, en données hebdomadaires, la tendance est baissière. En effet, les pics et les creux observés depuis fin 2016 sont descendants. De plus, les prix évoluent largement sous les moyennes mobiles à 20 et 50 semaines. En revanche, le niveau de survente actuel, associé au contact d’un support de moyen terme et d’une oblique ascendante (436 USD) constituent des éléments propices à une relance graphique.
Au regard de la tendance de fond, il est préférable d’attendre un franchissement haussier du point intermédiaire des 463 USD pour envisager des ouvertures de postions longues afin de viser 500 USD. Un stop de protection sera placé sous les récents plus bas, en cas de poursuite de la tendance de fond.
© Zonebourse.com 2017
http://www.zonebourse.com/LONDON-SUGAR-16175/analyses-bourse/Les-acheteurs-reviennent-en-douceur-24439371/

London Sugar : Les acheteurs reviennent en douceur

Le sucre, que l’on désigne aussi sous le nom de saccharose, est issu de deux sources : la canne à sucre et la betterave sucrière. Environ 75% du sucre produit provient de la transformation de cannes à sucre. On doit distinguer le sucre brut, du sucre raffiné (blanc) qui sont échangés de façon distincte. Les deux plus grandes bourses pour les contrats à terme sont New York (pour le sucre brut) et Londres (pour le sucre blanc).

La demande globale de sucre n’a cessé de progresser dans le temps, en grande partie liée à l’occidentalisation de la consommation mondiale. Celle-ci devrait s’établir à 180 millions de tonnes en 2017, en augmentation de 12,5% par rapport à 2010, les principaux bassins de consommation se trouvant en Inde, en Europe puis en Chine. L’évolution de la demande est si soutenue que l’offre ne parvient pas à suivre. Ainsi, la production mondiale, qui est concentrée dans une grande mesure au Brésil (premier exportateur mondial), en Inde et en Europe, est estimée à 176 millions de tonnes, créant, de facto, un déséquilibre sur le marché du sucre.

Ce dernier se traduit par une structure à terme des prix en backwardation. Le prix physique (ou spot) du sucre est ainsi supérieur aux prix à terme, fixés à des échéances plus lointaines. En d’autres mots, le marché du sucre étant en déficit, les acheteurs offrent une prime pour pouvoir disposer de la marchandise le plus rapidement possible. Le marché pénalise donc les opérations de stockage, qui tendent à diminuer, les opérateurs ayant une préférence pour le présent.

Toutefois, l’évolution récente du cours du sucre ne reflète pas cette idée de pénurie. Après une année 2016 de bonne facture, le prix du sucre blanc évolue désormais sur son plus bas annuel, à proximité des 450 USD la tonne, en baisse de 15% depuis le début de l’année. C’est la conséquence logique d’une bonne récolte brésilienne, qui s’établit à un niveau élevé de 35,4 millions de tonnes.

Cette tendance n’est cependant pas durable. La Compagnie Nationale d’Approvisionnement, dont la mission est de comptabiliser la production brésilienne de cannes à sucre, anticipe une baisse des récoltes 2017/2018 de 1,5%. A cela s’ajoutent des problèmes de récoltes internes en Inde et en Europe. Ces deux régions du monde connaissent des difficultés de production, en raison de conditions météorologiques défavorables, et devraient être contraintes d’augmenter leurs importations de sucre pour satisfaire une demande croissante. Ces éléments militent ainsi en faveur d’une stabilisation des cours, voire d’une augmentation de la backwardation.

Il conviendra de surveiller l’évolution du real brésilien, et plus particulièrement la paire USD/BRL. Effectivement, une dépréciation du real face au dollar permettrait de soutenir les exportations brésiliennes de sucre. En outre, il ne faudra pas négliger la législation entourant le bioéthanol, la canne à sucre servant de base à sa production. Une augmentation du prix de l’éthanol, via une augmentation des taxes par exemple, inciterait les producteurs de cannes à sucre à céder leurs récoltes aux raffineurs plutôt qu’à l’industrie sucrière.

Graphiquement, en données hebdomadaires, la tendance est baissière. En effet, les pics et les creux observés depuis fin 2016 sont descendants. De plus, les prix évoluent largement sous les moyennes mobiles à 20 et 50 semaines. En revanche, le niveau de survente actuel, associé au contact d’un support de moyen terme et d’une oblique ascendante (436 USD) constituent des éléments propices à une relance graphique.
Au regard de la tendance de fond, il est préférable d’attendre un franchissement haussier du point intermédiaire des 463 USD pour envisager des ouvertures de postions longues afin de viser 500 USD. Un stop de protection sera placé sous les récents plus bas, en cas de poursuite de la tendance de fond.
© Zonebourse.com 2017
http://www.zonebourse.com/LONDON-SUGAR-16175/analyses-bourse/Les-acheteurs-reviennent-en-douceur-24439371/

S&P 500 : En repli de 0.6% dans les premiers échanges

Tout comme les places européennes qui patissent aujourd’hui des récentes polémiques sur Donald Trump, l’indice S&P500 devrait ouvrir en baisse de 0.6%.
L’indice américain avait clôturé en repli de 0.07% à 2400 points hier, après avoir inscrit un nouveau record historique à 2405 points.

Du côté des statistiques, seuls les stocks pétroliers seront publiés à 16h30. Le consensus table sur -2.5M.

Techniquement, malgré de brefs records en séance, l’indice S&P500 peine à confirmer ses bonnes dispositions. Celui-ci demeure en phase de consolidation horizontale. On attendra la sortie des 2379/2405 points pour avoir plus de visibilité sur la tendance à venir.
© Zonebourse.com 2017
http://www.zonebourse.com/S-P-500-4985/analyses-bourse/En-repli-de-0-6-dans-les-premiers-echanges-24439295/

S&P 500 : En repli de 0.6% dans les premiers échanges

Tout comme les places européennes qui patissent aujourd’hui des récentes polémiques sur Donald Trump, l’indice S&P500 devrait ouvrir en baisse de 0.6%.
L’indice américain avait clôturé en repli de 0.07% à 2400 points hier, après avoir inscrit un nouveau record historique à 2405 points.

Du côté des statistiques, seuls les stocks pétroliers seront publiés à 16h30. Le consensus table sur -2.5M.

Techniquement, malgré de brefs records en séance, l’indice S&P500 peine à confirmer ses bonnes dispositions. Celui-ci demeure en phase de consolidation horizontale. On attendra la sortie des 2379/2405 points pour avoir plus de visibilité sur la tendance à venir.
© Zonebourse.com 2017
http://www.zonebourse.com/S-P-500-4985/analyses-bourse/En-repli-de-0-6-dans-les-premiers-echanges-24439295/