CAC 40 : En légère baisse dans les premiers échanges

Après avoir passé une grande partie de la séance en nette baisse, avec les craintes concernant les valeurs bancaires, le CAC40 s’est brutalement retourné à la hausse vendredi après-midi, suite à des informations de presse évoquant une possible minoration de l’amende encourue par Deutsche Bank aux Etats Unis (5,4Mds$ contre 14Mds$ réclamés par la justice américaine). Le marché parisien a finalement clôturé en hausse de 0.1% à 4448 points, soit 100 points de repris depuis les plus bas de la matinée.

Les indices américains ont également bénéficié d’indicateurs de bonne facture, avec un indice PMI de Chicago ressorti à 54.2 contre 52.1 attendu et un indice du Michigan qui progresse à 91.2 (consensus 90.1). Le DOW JONES a terminé en hausse de 0.91% à 18308 points, le S&P500 a gagné 0.8% à 2168 points et le NASDAQ COMPOSITE 0.81%.

Aujourd’hui, le CAC40 devrait ouvrir en léger repli de 0.15%.
En données horaires, l’indice demeure en phase de consolidation et devra désormais s’extraire des 4320/4530 points pour renouer avec une dynamique affirmée. En intraday, le seuil des 4415 points fera office de pivot. Tant que cette zone de cours est préservée, le mouvement de reprise pourrait se poursuivre en direction des 4480 points.
© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/CAC-40-4941/analyses-bourse/En-legere-baisse-dans-les-premiers-echanges-23150686/

Euro / US Dollar (EUR/USD) : Inébranlable

Le dernier communiqué de la Réserve Fédérale digéré, les assauts de la devise européenne se heurtent désormais aux incertitudes entourant les élections présidentielles américaines, à la hausse du pétrole ou encore à l’évolution de l’affaire Deutsche Bank, tout en démontrant une belle résilience.

Si la FED a opté pour un nouveau statu quo à l’occasion de sa réunion de septembre, elle a bénéficié depuis de deux renforts de poids dans son entreprise de normalisation, dont elle prépare progressivement les marchés à une nouvelle étape au mois de décembre.

D’une part, le premier débat télévisé entre les deux candidats à l’élection présidentielle américaine aurait, selon les observateurs, tourné à l’avantage d’Hilary Clinton, favorite des marchés. Donald Trump, dont les projets économiques exacerbent les craintes des investisseurs, avait récemment réduit l’écart dans les sondages, un phénomène qui tend à peser sur les perspectives de hausse de taux et sur le billet vert.

D’autre part, l’accord d‘une réduction de l’offre de pétrole conclu entre les membres de l’OPEP provoque un renchérissement mécanique des prix de l’or noir qui pourrait soutenir l’inflation et donc les velléités de l’institut d’émission de Washington.

Du côté européen, la démesure de l’amende de 14 milliards de dollars réclamée par le ministère de la Justice américain à Deutsche Bank, pour régler un litige lié à la dernière crise financière, a attisé la défiance des marchés vis-à-vis du secteur bancaire européen et brièvement pénalisé la monnaie unique. Le dossier pourrait toutefois se régler rapidement alors que la principale banque d’outre-Rhin serait proche d’un accord à hauteur de 5.4 milliards, conforme à ses prévisions, avec la justice de l’Oncle Sam. Le FMI a par ailleurs averti du caractère systémique de la prestigieuse institution allemande, la première puissance mondiale n’ayant absolument aucun intérêt à déclencher un nouveau tsunami au cœur du Vieux-Continent.

Graphiquement, l’Euro peine donc encore à reprendre sa marche en avant face à ces récents vents contraires, pourtant la paire résiste avec vigueur. Inébranlable, elle se relance régulièrement sur son support à 1.1150 USD. Confortés par cette solidité, montrant une nouvelle fois la faiblesse du potentiel baissier de la monnaie unique, nous conservons nos positions longues avec 1.1347 puis 1.1523 en ligne de mire.
© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/EURO-US-DOLLAR-EUR-USD-4591/analyses-bourse/Inebranlable-23150141/

Amazon.com, Inc. : Le regain d’intérêt devrait continuer

Synthèse

● La société dispose de fondamentaux solides. Plus de 70% des entreprises présentent un mix de croissance, rentabilité, endettement et visibilité plus faible.

● D’une manière générale et dans une optique à court terme, la société présente une situation fondamentale intéressante.

Points forts

● D’après les estimations de chiffre d’affaires issues du consensus Thomson Reuters, la société fait partie des meilleurs dossiers de croissance.

● L’entreprise bénéficie d’une situation financière très solide compte tenu de son niveau de trésorerie nette et de ses marges.

● Les prévisions de chiffre d’affaires de la société ont été dernièrement revues à la hausse d’après le consensus des analystes qui couvrent le dossier.

● Au cours des 12 derniers mois, les anticipations de revenus à venir ont été révisées de nombreuses fois à la hausse.

● Au cours de la dernière semaine, les prévisions de bénéfice net par action de la société (BNA) ont été revues à la hausse. Les dernières estimations des analystes sont plus élevées.

● Les analystes ont soutenu l’évolution positive des activités du groupe en réajustant à la hausse de manière conséquente leurs prévisions de bénéfice net par action.

● Au cours des 12 derniers mois, les analystes ont largement revu à la hausse leurs estimations de rentabilité pour les prochains exercices.

● Les analystes couvrant le dossier recommandent majoritairement l’achat ou la surpondération de l’action.

● Le titre suit une tendance de fond positive sur le long terme au-dessus du niveau support des 640.15 USD.

Points faibles

● Les estimations des analystes concernant l’évolution de l’activité de la société diffèrent de manière relativement importante les unes aux autres. La visibilité liée à l’activité de la société apparaît relativement faible.

● Historiquement, le groupe a souvent publié en-dessous des attentes du consensus.

● La valorisation du groupe en termes de multiples de résultat apparaît relativement élevés. En effet, l’entreprise se paye actuellement 142.78 fois son bénéfice net par action anticipé pour l’exercice en cours.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/AMAZON-COM-INC-12864605/analyses-bourse/Le-regain-d-interet-devrait-continuer-23144332/

S&P 500 : En légère hausse à l’ouverture

Contrairement aux places européennes qui évoluent en nette baisse aujourd’hui, dans le sillage des valeurs bancaires et du repli de Wall-Street hier, l’indice S&P500 devrait débuter la séance en timide hausse de 0.3%.
Malgré la poussée de l’or noir, en réaction à l’accord entre les membres de l’OPEP sur une réduction de la production, l’indice américain avait clôturé en baisse de 0.93% à 2151 points.
Les inquiétudes concernant le secteur bancaire et la situation financière de Deutsche Bank pourrait continuer de peser sur la tendance.

Du côté des statistiques, les dépenses des ménages sont stables alors que le marché attendait 0.2%. Les revenus progressent de 0.2%, comme attendu. A 15h45, sera dévoilé l’indice PMI de Chicago anticipé à 52.1 puis à 16h, l’indice de confiance du Michigan qui devrait ressortir à 90.1.

En données horaires, l’indice S&P500 demeure en phase de consolidation horizontale. On continuera de suivre de près la sortie des 2139/2180 points pour avoir des indications sur la tendance à venir.
© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/S-P-500-4985/analyses-bourse/En-legere-hausse-a-l-ouverture-23143523/

Lookers PLC : Bon timing pour anticiper un changement de tendance

Synthèse

● La société dispose de fondamentaux solides. Plus de 70% des entreprises présentent un mix de croissance, rentabilité, endettement et visibilité plus faible.

● D’une manière générale et dans une optique à court terme, la société présente une situation fondamentale intéressante.

Points forts

● La zone actuelle constitue un bon point d’entrée pour les investisseurs intéressés par le dossier dans une optique à moyen / long terme. En effet, le titre évolue à proximité du support des 97.5 GBp en données hebdomadaires.

● La visibilité sur les activités du groupe à venir est excellente. Les analystes couvrant le dossier ont des avis très proches concernant les revenus futurs de l’entreprise. Cette faible dispersion des estimations permet de confirmer la bonne prédictibilité du chiffre d’affaires de l’exercice en cours ainsi que du suivant.

● Généralement, la société publie au-dessus du consensus des analystes avec des taux de surprise globalement positifs.

● La société fait partie des dossiers les plus faiblement valorisés. Le ratio « valeur d’entreprise sur chiffre d’affaires » s’établit à 0.12 pour l’année 2016.

● L’entreprise fait partie des plus attractives du marché en termes de valorisation basée sur les multiples de résultat.

● Les prévisions de chiffre d’affaires de la société ont été dernièrement revues à la hausse d’après le consensus des analystes qui couvrent le dossier.

● Sur l’année écoulée, les analystes ont régulièrement revu à la hausse leurs estimations de chiffre d’affaires de la société.

● Les révisions de BNA ont été fortement revues à la hausse au cours des 4 derniers mois.

● Sur l’année écoulée, les analystes couvrant le dossier ont revu fortement à la hausse leurs anticipations de bénéfices par action.

● Les analystes couvrant le dossier recommandent majoritairement l’achat ou la surpondération de l’action.

● L’écart entre les cours actuels et l’objectif de cours moyen des analystes qui couvrent le dossier est relativement important et suppose un potentiel d’appréciation conséquent.

Points faibles

● Le groupe ne redistribue pas ou peu de dividendes et ne fait donc pas partie des sociétés de rendement.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/LOOKERS-PLC-4006204/analyses-bourse/Bon-timing-pour-anticiper-un-changement-de-tendance-23142405/

CAC 40 : Le CAC40 tente de redresser la barre

Dans le sillage de Wall-Street et des inquiétudes concernant la santé financière de Deutsche Bank, les places européennes corrigent aujourd’hui, avec des replis de plus de 1%. Le secteur bancaire paie le plus lourd tribut, les pertes dépassant les 3% pour les banques françaises.

Du côté des statistiques, les dépenses et revenus des ménages sont attendus à 14h30 puis l’indice PMI de Chicago à 15h45 (consensus 52.1) et l’indice de confiance du Michigan à 16h (consensus 90.1).

A la mi-séance, le CAC40 recule de 1.36% à 4383 points et les contrats futures américains demeurent à proximité de l’équilibre.

En données horaires, la dynamique reste baissière sous les 4435 points, plus bas de la veille. A court terme, on surveillera la sortie des 4340/4390 points pour agir. Une sortie par le haut de cette zone serait de bon augure pour le comblement du gap ouvert ce matin.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/CAC-40-4941/analyses-bourse/Le-CAC40-tente-de-redresser-la-barre-23142217/

London Brent Oil : Une offre toujours élastique

Les récentes annonces autour de la reprise ou non de la production libyenne ont entrainé un regain de volatilité sur le pétrole. Les investisseurs craignent une surproduction de l’or noir en face d’une demande mondiale qui stagne. En effet, un tanker a récemment quitté la zone du « croissance pétrolier » en Libye, une première depuis deux ans.

De plus, les pays producteurs restent toujours proches d’un accord qui permettrait de stabiliser le marché. Le Venezuela, qui possède des réserves quantitatives, milite fortement pour le gel de la production afin de doper les cours du pétrole et d’éviter, par conséquent, que son économie ne sombre davantage.

En données hebdomadaires, le Brent se trouve bloqué par la barre psychologique des 50 USD le baril. Les flux vendeurs nés du test de la borne haute accentuent leur emprise sur le contrat sans pour autant le dégrader fortement. L’engouement haussier de cet été a donc connu un blocage, permettant aux cours de revenir au contact de la moyenne mobile 50 semaines des 44 EUR. Ce niveau devrait permettre aux plus audacieux de se positionner à l’achat pour viser une relance en direction des 50 USD.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/LONDON-BRENT-OIL-4948/analyses-bourse/Une-offre-toujours-elastique-23141858/

CAC 40 : Nouveaux dégagements avec le secteur bancaire

Malgré l’accord entre les membres de l’OPEP, pour réduire la production de pétrole, qui a brièvement suscité l’enthousiasme des opérateurs, les places financières sont en proie à de nouveaux dégagements. Des inquiétudes au sujet du secteur financier ressurgissent, avec notamment les difficultés rencontrées par Deutsche Bank, ce qui provoque un net retour de l’aversion au risque, en dépit du maintien des politiques monétaires accommodantes des banques centrales.

En données journalières, l’indice CAC40 fait preuve de volatilité mais il reste enfermé au sein du trading range 4300/4570 points. Cette large zone d’indécision pourrait perdurer dans les séances à venir, dans l’attente de précisions sur le secteur financier et du début de la saison des résultats trimestriels.
Une sortie par le bas de cette zone devrait, néanmoins, engendrer des dégagements plus marqués avec les 4200 points comme premier objectif baissier.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/CAC-40-4941/analyses-bourse/Nouveaux-degagements-avec-le-secteur-bancaire-23141941/

CAC 40 : Les banques centrales, moteur de la hausse

Les places financières font preuve de volatilité ses dernières semaines au gré des statistiques et des annonces concernant l’évolution des politiques monétaires des banques centrales. L’Europe, qui affichait jusqu’à présent une sous-performance face à Wall-Street, tente de rattraper son retard, revenant à proximité de ses plus hauts annuels.

Malgré des perspectives économiques qui restent ternes des deux côtés de l’Atlantique, l’appétit pour le risque semble pour le moment intact, à l’image du secteur technologique et du NASDAQ qui vient d’inscrire de nouveaux records historiques. Les actions restent pour le moment la seule classe d’actifs à procurer un rendement intéressant, ce qui soutient très nettement le courant acheteur.

Les banques centrales sont l’un des principaux moteurs de ce mouvement de rattrapage, continuant de déverser massivement des liquidités sur les marchés, avec des taux qui demeurent à des niveaux historiquement bas.
La BCE a récemment opté pour un statu quo tout en maintenant son programme de rachats d’actifs de 80 milliards d’euros par mois jusqu’en mars 2017. Elle reste disposée à agir si nécessaire pour soutenir la croissance qui reste à l’heure actuelle fébrile en Europe. Elle pourrait ainsi être amenée à prolonger son programme ou à adopter de nouvelles mesures non conventionnelles. Sa marge de manœuvre reste néanmoins limitée et elle en appelle désormais aux gouvernements et aux réformes structurelles.
La Fed a, quant à elle, opté une nouvelle fois pour un statu quo, sur fond de croissance modeste aux Etats-Unis. Elle évoque néanmoins que « les arguments en faveur d’une hausse se sont « renforcés » et qu’un resserrement monétaire restait possible d’ici la fin de l’année. Les données concernant l’emploi sont solides, avec un taux de chômage à 4.9% et des dépenses de consommation des ménages qui ont fortement progressé ces derniers mois. Elle a, en revanche, revu légèrement à la baisse ses prévisions de croissance pour 2016, à 1.8% désormais. Seuls éléments négatifs, l’investissement des entreprises reste faible et l’inflation continue d’évoluer loin de son objectif de 2% (+0,8%, selon l’indice PCE). Ce sont ces derniers points qui plaident pour cette attitude attentiste même si les divergences entre les membres du comité ne cessent de s’accentuer pour remonter rapidement les taux.

Les regards devraient de nouveau se focaliser sur la microéconomie dans les semaines à venir, avec le début de la saison des résultats trimestriels en octobre. Outre les chiffres, les perspectives des sociétés devront agréablement surprendre sous peine de voir les marchés rechuter, sur fond de prises de bénéfices.

Malgré les bonnes dispositions actuelles, l’heure reste donc à la prudence. Il semble peu probable que la Fed remonte ses taux en novembre, quelques jours avant les élections américaines mais ce sera vraisemblablement pour décembre, une nouvelle susceptible de contrarier le traditionnel rallye de fin d’année.

D’un point de vue graphique, l’indice CAC40 est en phase de consolidation horizontale depuis plusieurs semaines au sein du range 4300/4570 points. En données hebdomadaires, la moyenne mobile à 20 semaines fait office de soutien. Tant que cette zone de cours est préservée, la borne haute de cette large zone d’indécision pourrait prochainement être ralliée. Le débordement de ce niveau ouvrirait d’ailleurs la voie aux 4700 points.
On pourra donc conserver une opinion haussière tant que l’indice parisien demeure au-dessus des 4300 points d’autant que Wall-Street évolue à quelques encablures de ses records.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/CAC-40-4941/analyses-bourse/Les-banques-centrales-moteur-de-la-hausse-23141036/

Ubisoft Entertainment : Achat du turbo call 1295C sur Ubisoft

La valeur UBISOFT revient à proximité de niveaux de soutiens majeurs ce qui pourrait offrir un point d’entrée intéressant.

La tendance baissière à court terme pourrait connaître un affaiblissement au contact du support des 33.3 EUR, niveau testé avec succès à plusieurs reprises ces dernières séances. Cette zone pourrait engendrer une réaction positive et permettre à la valeur de rebondir en direction des 35.9 EUR.

On pourra donc se positionner acheteur par l’intermédiaire du turbo call infini Citigroup 1295C qui cote 1.09 EUR pour un strike à 28.49 EUR et une barrière désactivante à 30.22 EUR.
Le ralliement des 35.9 EUR permettrait de réaliser un gain de l’ordre de 45% pour ce produit.
Le seuil d’invalidation fixé vers 31,9 EUR limitera le risque à 28%.
© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/UBISOFT-ENTERTAINMENT-4719/analyses-bourse/Achat-du-turbo-call-1295C-sur-Ubisoft-23141462/