CAC 40 : Le CAC40 tente de redresser la barre

Dans le sillage de Wall-Street et des inquiétudes concernant la santé financière de Deutsche Bank, les places européennes corrigent aujourd’hui, avec des replis de plus de 1%. Le secteur bancaire paie le plus lourd tribut, les pertes dépassant les 3% pour les banques françaises.

Du côté des statistiques, les dépenses et revenus des ménages sont attendus à 14h30 puis l’indice PMI de Chicago à 15h45 (consensus 52.1) et l’indice de confiance du Michigan à 16h (consensus 90.1).

A la mi-séance, le CAC40 recule de 1.36% à 4383 points et les contrats futures américains demeurent à proximité de l’équilibre.

En données horaires, la dynamique reste baissière sous les 4435 points, plus bas de la veille. A court terme, on surveillera la sortie des 4340/4390 points pour agir. Une sortie par le haut de cette zone serait de bon augure pour le comblement du gap ouvert ce matin.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/CAC-40-4941/analyses-bourse/Le-CAC40-tente-de-redresser-la-barre-23142217/

London Brent Oil : Une offre toujours élastique

Les récentes annonces autour de la reprise ou non de la production libyenne ont entrainé un regain de volatilité sur le pétrole. Les investisseurs craignent une surproduction de l’or noir en face d’une demande mondiale qui stagne. En effet, un tanker a récemment quitté la zone du « croissance pétrolier » en Libye, une première depuis deux ans.

De plus, les pays producteurs restent toujours proches d’un accord qui permettrait de stabiliser le marché. Le Venezuela, qui possède des réserves quantitatives, milite fortement pour le gel de la production afin de doper les cours du pétrole et d’éviter, par conséquent, que son économie ne sombre davantage.

En données hebdomadaires, le Brent se trouve bloqué par la barre psychologique des 50 USD le baril. Les flux vendeurs nés du test de la borne haute accentuent leur emprise sur le contrat sans pour autant le dégrader fortement. L’engouement haussier de cet été a donc connu un blocage, permettant aux cours de revenir au contact de la moyenne mobile 50 semaines des 44 EUR. Ce niveau devrait permettre aux plus audacieux de se positionner à l’achat pour viser une relance en direction des 50 USD.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/LONDON-BRENT-OIL-4948/analyses-bourse/Une-offre-toujours-elastique-23141858/

CAC 40 : Nouveaux dégagements avec le secteur bancaire

Malgré l’accord entre les membres de l’OPEP, pour réduire la production de pétrole, qui a brièvement suscité l’enthousiasme des opérateurs, les places financières sont en proie à de nouveaux dégagements. Des inquiétudes au sujet du secteur financier ressurgissent, avec notamment les difficultés rencontrées par Deutsche Bank, ce qui provoque un net retour de l’aversion au risque, en dépit du maintien des politiques monétaires accommodantes des banques centrales.

En données journalières, l’indice CAC40 fait preuve de volatilité mais il reste enfermé au sein du trading range 4300/4570 points. Cette large zone d’indécision pourrait perdurer dans les séances à venir, dans l’attente de précisions sur le secteur financier et du début de la saison des résultats trimestriels.
Une sortie par le bas de cette zone devrait, néanmoins, engendrer des dégagements plus marqués avec les 4200 points comme premier objectif baissier.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/CAC-40-4941/analyses-bourse/Nouveaux-degagements-avec-le-secteur-bancaire-23141941/

CAC 40 : Les banques centrales, moteur de la hausse

Les places financières font preuve de volatilité ses dernières semaines au gré des statistiques et des annonces concernant l’évolution des politiques monétaires des banques centrales. L’Europe, qui affichait jusqu’à présent une sous-performance face à Wall-Street, tente de rattraper son retard, revenant à proximité de ses plus hauts annuels.

Malgré des perspectives économiques qui restent ternes des deux côtés de l’Atlantique, l’appétit pour le risque semble pour le moment intact, à l’image du secteur technologique et du NASDAQ qui vient d’inscrire de nouveaux records historiques. Les actions restent pour le moment la seule classe d’actifs à procurer un rendement intéressant, ce qui soutient très nettement le courant acheteur.

Les banques centrales sont l’un des principaux moteurs de ce mouvement de rattrapage, continuant de déverser massivement des liquidités sur les marchés, avec des taux qui demeurent à des niveaux historiquement bas.
La BCE a récemment opté pour un statu quo tout en maintenant son programme de rachats d’actifs de 80 milliards d’euros par mois jusqu’en mars 2017. Elle reste disposée à agir si nécessaire pour soutenir la croissance qui reste à l’heure actuelle fébrile en Europe. Elle pourrait ainsi être amenée à prolonger son programme ou à adopter de nouvelles mesures non conventionnelles. Sa marge de manœuvre reste néanmoins limitée et elle en appelle désormais aux gouvernements et aux réformes structurelles.
La Fed a, quant à elle, opté une nouvelle fois pour un statu quo, sur fond de croissance modeste aux Etats-Unis. Elle évoque néanmoins que « les arguments en faveur d’une hausse se sont « renforcés » et qu’un resserrement monétaire restait possible d’ici la fin de l’année. Les données concernant l’emploi sont solides, avec un taux de chômage à 4.9% et des dépenses de consommation des ménages qui ont fortement progressé ces derniers mois. Elle a, en revanche, revu légèrement à la baisse ses prévisions de croissance pour 2016, à 1.8% désormais. Seuls éléments négatifs, l’investissement des entreprises reste faible et l’inflation continue d’évoluer loin de son objectif de 2% (+0,8%, selon l’indice PCE). Ce sont ces derniers points qui plaident pour cette attitude attentiste même si les divergences entre les membres du comité ne cessent de s’accentuer pour remonter rapidement les taux.

Les regards devraient de nouveau se focaliser sur la microéconomie dans les semaines à venir, avec le début de la saison des résultats trimestriels en octobre. Outre les chiffres, les perspectives des sociétés devront agréablement surprendre sous peine de voir les marchés rechuter, sur fond de prises de bénéfices.

Malgré les bonnes dispositions actuelles, l’heure reste donc à la prudence. Il semble peu probable que la Fed remonte ses taux en novembre, quelques jours avant les élections américaines mais ce sera vraisemblablement pour décembre, une nouvelle susceptible de contrarier le traditionnel rallye de fin d’année.

D’un point de vue graphique, l’indice CAC40 est en phase de consolidation horizontale depuis plusieurs semaines au sein du range 4300/4570 points. En données hebdomadaires, la moyenne mobile à 20 semaines fait office de soutien. Tant que cette zone de cours est préservée, la borne haute de cette large zone d’indécision pourrait prochainement être ralliée. Le débordement de ce niveau ouvrirait d’ailleurs la voie aux 4700 points.
On pourra donc conserver une opinion haussière tant que l’indice parisien demeure au-dessus des 4300 points d’autant que Wall-Street évolue à quelques encablures de ses records.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/CAC-40-4941/analyses-bourse/Les-banques-centrales-moteur-de-la-hausse-23141036/

Ubisoft Entertainment : Achat du turbo call 1295C sur Ubisoft

La valeur UBISOFT revient à proximité de niveaux de soutiens majeurs ce qui pourrait offrir un point d’entrée intéressant.

La tendance baissière à court terme pourrait connaître un affaiblissement au contact du support des 33.3 EUR, niveau testé avec succès à plusieurs reprises ces dernières séances. Cette zone pourrait engendrer une réaction positive et permettre à la valeur de rebondir en direction des 35.9 EUR.

On pourra donc se positionner acheteur par l’intermédiaire du turbo call infini Citigroup 1295C qui cote 1.09 EUR pour un strike à 28.49 EUR et une barrière désactivante à 30.22 EUR.
Le ralliement des 35.9 EUR permettrait de réaliser un gain de l’ordre de 45% pour ce produit.
Le seuil d’invalidation fixé vers 31,9 EUR limitera le risque à 28%.
© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/UBISOFT-ENTERTAINMENT-4719/analyses-bourse/Achat-du-turbo-call-1295C-sur-Ubisoft-23141462/

FinTech Group AG : Le courant acheteur devrait perdurer

Points forts

● L’activité du groupe présente un potentiel important de croissance. Le chiffre d’affaires est en effet attendu en forte hausse par le consensus Thomson Reuters avec une progression de l’ordre de 51% à l’horizon 2018.

● L’activité de la société présente une très forte rentabilité grâce à des marges nettes élevées.

● La situation financière de la société apparaît excellente, ce qui lui confère une importante capacité d’investissement.

● Le titre présente un niveau de valorisation très faible avec une valeur d’entreprise estimée à -0.08 fois son chiffre d’affaires.

● Les analystes couvrant le dossier recommandent majoritairement l’achat ou la surpondération de l’action.

● L’écart entre les cours actuels et l’objectif de cours moyen des analystes qui couvrent le dossier est relativement important et suppose un potentiel d’appréciation conséquent.

Points faibles

● Les prévisions de chiffre d’affaires des analystes couvrant la société ont été récemment revues à la baisse. Un tassement de l’activité est nouvellement anticipé.

● La tendance des révisions de chiffre d’affaires sur l’année écoulée est clairement baissière ; les prévisions de ventes ont été revues régulièrement à la baisse par les analystes.

● Les anticipations de bénéfices ont été revues à la baisse au cours des derniers mois.

● Au cours des 12 derniers mois, les analystes ont revu régulièrement à la baisse leurs anticipations de bénéfices.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/FINTECH-GROUP-AG-5400018/analyses-bourse/Le-courant-acheteur-devrait-perdurer-23141535/

Econocom Group : La tendance devrait reprendre ses droits

Synthèse

● La société dispose de fondamentaux solides. Plus de 70% des entreprises présentent un mix de croissance, rentabilité, endettement et visibilité plus faible.

● La société présente une situation fondamentale intéressante dans une optique d’investissement à court terme.

Points forts

● La société fait partie des dossiers les plus faiblement valorisés. Le ratio « valeur d’entreprise sur chiffre d’affaires » s’établit à 0.66 pour l’année 2016.

● Les analystes ont récemment fortement relevé leurs anticipations de chiffre d’affaires.

● Sur les 7 derniers jours, les analystes ont révisé à la hausse leurs estimations de bénéfice net par action de la société.

● Au cours des 12 derniers mois, les analystes ont largement revu à la hausse leurs estimations de rentabilité pour les prochains exercices.

● Les analystes sont positifs sur le titre. Le consensus moyen recommande l’achat ou la surpondération de la valeur.

● L’action présente une configuration technique haussière en données hebdomadaires au-dessus de la zone support des 10 EUR.

Points faibles

● Les cours approchent d’une forte résistance long terme en données hebdomadaires, située vers 14.04 EUR.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/ECONOCOM-GROUP-11499108/analyses-bourse/La-tendance-devrait-reprendre-ses-droits-23141239/

Legrand : On profitera du trading range pour se positionner

Synthèse

● D’une manière générale et dans une optique à court terme, la société présente une situation fondamentale intéressante.

Points forts

● Les marges dégagées par la société sont parmi les plus élevées de la cote. L’activité exercée par l’entreprise est particulièrement rentable.

● La visibilité liée à l’activité du groupe apparaît relativement bonne compte tenu des écarts réduits des différentes estimations des analystes.

Points faibles

● L’action évolue à proximité d’une résistance long terme en données hebdomadaires, située vers 54.79 EUR. En-dessous de ce niveau, le potentiel pourrait s’avérer limité.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/LEGRAND-16719/analyses-bourse/On-profitera-du-trading-range-pour-se-positionner-23141285/

J D Wetherspoon plc : Reprise de la tendance de fond

Synthèse

● D’une manière générale et dans une optique à court terme, la société présente une situation fondamentale intéressante.

Points forts

● La société bénéficie de niveaux de valorisation attractifs avec un ratio VE/CA relativement faible comparé aux autres sociétés cotées dans le monde.

● La progression des révisions de bénéfice par action apparaît très positive au cours des derniers mois. Les analystes anticipent désormais une meilleure rentabilité que précédemment.

● Le titre suit une tendance de fond positive sur le long terme au-dessus du niveau support des 763.5 GBp.

Points faibles

● Avec une croissance attendue relativement faible, le groupe ne fait pas partie des dossiers qui disposent des plus forts potentiels de progression de leur chiffre d’affaires.

● Les publications du groupe ont souvent déçu par le passé, avec des écarts négatifs relativement importants par rapport aux attentes.

● La société ne verse pas ou peu de dividendes et présente par conséquent un rendement faible, voire nul.

● Le potentiel d’appréciation du titre apparaît limité compte tenu de l’écart avec l’objectif de cours moyen des analystes.

© Zonebourse.com 2016
http://www.zonebourse.com/J-D-WETHERSPOON-PLC-9590143/analyses-bourse/Reprise-de-la-tendance-de-fond-23141265/